Logo Antibes Sharks
Nancy – Sharks: les réactions

Nancy – Sharks: les réactions

Retrouvez les réactions des coachs et acteurs de cette onzième journée de Championnat de France Pro A  en conférence de presse d’après-match entre le SLUC Nancy et les Antibes Sharks Côte d’Azur (67-70).

.

Julien Espinosa, entraîneur des Sharks: « On prend neuf points de retard dans le dernier quart-temps car on oublie de jouer collectivement. Heureusement ce temps faible n’a pas duré. Mes joueurs sont allés chercher la victoire au courage, en retrouvant notre collectif et en prenant leurs responsabilités à l’image de Will Solomon qui a trouvé un gros shoot à 4 secondes de la fin pour qu’on passe devant. »

.

Greg Beugnot, entraîneur du SLUC Nancy« J’ai demandé aux joueurs de ne pas s’occuper du score mais du chrono. On ne pouvait pas perdre, on avait mathématiquement la dernière possession si on laissait filer le temps. On a joué à six professionnels avec les absences de Sutton et Ere. Avec la fatigue, avec l’usure physique, on a perdu de la lucidité, gagné en excitation, alors que je n’ai pas cessé depuis le dernier temps mort de leur demander de se calmer. C’est très frustrant mais sur ce match, la réaction des joueurs est très positive. Aujourd’hui, nous sommes à la base de quelque chose de positif. Je suis respectueux de ce qu’ont fait les joueurs. Demain, la priorité est de voir  comment on peut faire avec les joueurs blessés et consolider l’effectif avant la trêve. Il faudra des arrivées pour améliorer notre jeu, avoir un peu de créativité et surtout  trouver la meilleure complémentarité possible. »

.

Gary Florimont, intérieur du SLUC Nancy: « Je voudrais d’abord dire que ce soir si on ne cherche pas d’excuse, si on est tous très malheureux, on s’est battu, on a tout donné avec les espoirs Williams Narace et Enzo Goudou-Sinha. On a fait un vrai match d’hommes. Avec le nouveau coach qu’on… kiffe, on va tout tenter pour s’en sortir. La saison est encore longue. On a un bon groupe qui reste uni même si on est frustré de ne pas arriver à gagner. A la fin du match, je me dis « C’est pas possible, il doit il y avoir une saloperie de poupée vaudou sous le parquet. On a un bon groupe et on est conscients de la situation dans laquelle on met le club aujourd’hui. C’est de notre faute, le travail commence, on doit le continuer. La saison est loin d’être finie et dans le sport, rien n’est jamais écrit. »

CASA
Burger King
bpifrance
Hyundai
Carrefour
Mutuelles du Soleil
Mairie d'Antibes
Département Alpes-Maritimes
Région Sud
BNP Paribas Real Estate
Casino La Siesta
Nike