Trois secondes de trop… (71-75)

Alors qu’ils possédaient 8 points d’avance à l’entame du dernier quart-temps, les Sharks ont été poussés à la prolongation par Paris Levallois à 3 secondes du buzzer et ont fini par s’incliner sur le score de 75 à 71.

.

Après les premières minutes du match au cours desquelles Poirier et Fall avaient alimenté la marque, Paris Levallois creusait un premier écart (12-7 à la 8ème minute), que Blue et Solomon gommèrent à longue distance (12-12 à 9min40). Dawson, de retour de blessure, marquait au buzzer pour offrir le premier quart-temps au PL (14-12).

.

Dès l’entame du deuxième quart, les Sharks infligeaient un 8-0 aux franciliens et prenaient l’avantage (20-14 à la 12ème minute). Un instant repris, les Sharks entèrent dans leur plus gros temps fort du match. Grâce à Paul Carter et Bernard King au-delà de la ligne à trois points puis à Moustapha Fall et Tim Blue, les antibois infligent un 10-0 au PL pour s’offrir leur plus gros écart du match (30-21 à la 18ème minute). Un déficit que les franciliens effacèrent quelque peu avant la pause (32-27 pour les Sharks à la 20ème minute).

.

Le retour sur le parquet débuta par un mano à mano (37-36 pour les Sharks à la 24ème minute). Un tir primé de Blue suivi d’un autre de Bourdillon permettaient aux Sharks de recreuser l’écart (47-40 à la 27ème minute), et surtout 52-44 à l’entame du dernier quart.

.

Paris Levallois, qui n’avait plus droit à l’erreur, s’accrocha bec et ongles dans le dernier acte. Par Roberson, le PL égalisait rapidement (52-52 à la 32ème), Bourdillon redonna une belle bouffée d’oxygène aux Sharks (64-56 à la 35ème minute). Le PL ne lâcha rien et revint à 69-66 à 15 secondes du buzzer final. Les Sharks tenaient encore leur victoire jusqu’à trois secondes de la sirène où ils eurent le malheur de se voir sanctionner d’une faute sur un tir à trois points. Jones convertit les trois lancers et envoya les franciliens en prolongation (69-69 à la 40ème minute). Une prolongation que Paris Levallois exploitait mieux que les Sharks qui peuvent nourrir de gros regrets, même s’ils conservent le point-average.

.

Julien Espinosa, coach des Sharks: « C’est frustrant d’être si longtemps devant au score. Hélas, quelques imprécisions nous coûtent le match. On a eu trop de pertes de balles et des choix pas toujours judicieux à des moments clés. Je ne sais pas s’il y a faute sur leur dernière possession. Tout ce dont je suis sûr, c’est qu’on fait tout pour ne pas la commettre. Paris a bien défendu, nous a bien contenus. Je trouve que cette équipe n’est pas à sa place au classement. »

Capture d’écran 2016-03-27 à 22.09.15

Capture d’écran 2016-03-27 à 22.09.29

, , , , ,


Actus