Retro: Finale 1995, troisième titre pour Antibes

A l’occasion de la réception de l’Elan Béarnais Pau-Lacq-Orthez vendredi 4 mars à 20h30 à l’Azurarena, Sharks TV vous propose de revenir sur un match historique qui a marqué l’histoire du basket antibois: le match 4 des Finales Pro A face à Pau-Orthez de 1995 ! Quatre ans après avoir remporté son deuxième titre de Pro A, Antibes remporte son troisième sacre en s’imposant au Palais des Sports de Pau lors du match 4 de la Finale en triomphant (81-80) sur un tir au buzzer à 3,5 secondes de la fin du match de Micheal Ray Richardson. Retour en images:

.

Revivez les 4 matchs des Finales 1995 en intégralité en cliquant ici

.

Pau-Antibes: un scénario en 4 actes

.

Match 1: 9 mai 1995 (Antibes 87-91 Pau)

.

Sur la lancée de ce basket euphorique qui leur a permis de terrasser Limoges en demi-finale, les palois de Michel Gomez entrent parfaitement dans leur match et mettent d’entrée la pression sur Antibes qui donne, à l’image de Rivers en panne, l’impression de faire du sur-place. Malgré un début d’adresse extérieure pour Antibes, Gomez maintient une zone très efficace, hyper-agressive et mobile. Pau vole des ballons, coupe le jeu rapide d’Antibes et tient la baraque au rebond. Paradoxalement Antibes semble apathique, en mal de repli défensif et déjoue complètement oubliant notamment de servir Ostrowski à l’intérieur. Nantis de 4 points d’avance à la mi-temps, les Palois continuent à développer sereinement leur jeu. Winslow et McRae – auteur d’un match titanesque avec 30 points et 11 rebonds – s’éclatent à dunker sur les têtes antiboises. Dans une salle de l’Espace Piscine à moitié pleine, Pau s’impose logiquement 91 à 87. 1-0 pour Pau.

match1-1995

.

Match 2: 11 mai 1995 (Antibes 100-96 Pau après prolongation)

.

C’est au tour de Pau de connaître un malaise sur la zone sortie par les Antibois de Jacques Monclar qui semblent tout de même plus « affamés » qu’au match n°1. Les Antibois défendent mieux, et retrouvent le goût de l’interception sur des ballons précieux. Avec 13 pertes de balles dans la vue, Pau prend l’eau, Winslow retombe dans ses travers de joueur solitaire et Antibes mène logiquement de 7 points à la mi-temps. Mais les Palois n’abdiquent pas. Grâce à l’abattage d’un Thierry Gadou décisif, et à plus de patience et de travail en attaque, ils mettent à nouveau Antibes en difficulté, à l’image d’un Foirest à la peine en attaque et qui galère en défense avant de prendre sa 4ème faute très tôt en 2ème mi-temps. Pau est en tête mais voit son élan brisé par une panne d’électricité qui interrompt le match 10 minutes sous la toile de l’Espace Piscine. « On les tient, il ne faut pas les lâcher » dit Gomez. Ce répit sera le bienvenu pour un Monclar très énervé et ses hommes. Malgré une faute technique sifflée contre l’entraîneur Jacques Monclar à la 33ème minute (Pau mène alors 64-68) Antibes arrache une prolongation après que Winslow ait raté des lancers-francs décisifs et que Redden ait contré le dernier tir de Hamm à quelques secondes de la fin (85-85). Régénéré avec un Richardson qui surgit encore pendant le money-time, Antibes ira jusqu’au bout cette fois. 1-1 entre Antibes et Pau.

match2-1995

.

Match 3: 13 mai 1995 (Pau 71-85 Antibes)

.

C’est dans une Palais des Sports bourré qu’Antibes choisit de montrer son côté le plus conquérant. Dans un match démarré en homme à homme des deux côtés, ce sera encore une affaire de zone qui fera la différence. Celle d’Antibes va semer le doute dans les systèmes offensifs palois. Pau tourne en rond autour de la zone, ne trouve pas l’adresse extérieure salutaire et se voit couper les solutions intérieures qui l’avaient bien aidé en demi-finale face à Limoges. McRae n’est pas à la fête et Winslow s’empêtre dans la défense antiboise. Le rebond azuréen lui aussi est très solidaire, à l’image d’un Richardson maladroit (4/14 aux tirs) mais dur en défense, précieux au rebond (9 rebonds) et qui vient provoquer les palois sur leur parquet. Rivers est parti sur l’air du show-time (18 points à la mi-temps). Inarrêtable, il ne sera réduit à l’impuissance que par sa 4ème faute à la 27ème minute alors qu’il vient d’inscrire 9 points en 7 minutes. Antibes mène alors 57 à 47. C’est la solidarité antiboise qui va permettre à Monclar de tenir Rivers au chaud sur le banc le plus longtemps possible, malgré le retour prévisible des palois, une fois encore sous l’impulsion de Thierry Gadou. Il reste 6 minutes à jouer quand Monclar renvoie Rivers au feu et Pau est à 3 points des antibois (64-61 pour les azuréens). Le feu-follet antibois va enfoncer le clou proprement, sans jamais commettre sa 5ème faute, signant un match sublime (36 points à 67% aux tirs, 5 rebonds, 3 passes décisives et 4 interceptions) et achevant un peu plus des palois qui, après 9 matchs en 3 semaines, semblent un peu usés sur la fin. 2-1 pour Antibes.

match3-1995

.

Match 4: 16 mai 1995 (Pau 80-81 Antibes)

.

Le combat est farouche, ardent, engagé… La zone est provisoirement reléguée aux oubliettes des deux côtés, ce dont profitent allègrement les palois dans le sillage d’un Winslow se régalant de jeu rapide (10 points en 3 minutes) et donnant l’avantage aux béarnais (16-12 à la 8ème minute). C’est le moment que choisit Jacques Monclar pour réinstaller la zone antiboise. Pas forcément maladroits cette fois, les palois s’adaptent mais manquent de lucidité dans leurs passes et concèdent trop de pertes de balles (11 à la mi-temps), alors qu’Antibes prend la maîtrise du jeu par Rivers et Ostrowski, et peut compter sur un Foirest percutant en attaque pour virer en tête après 20 minutes (44-48). Les azuréens ne desserrent pas leur étreinte à la reprise et Pau bafouille son basket (53-62 à la 27ème minute). Michel Gomez choisit alors l’option Hamm-Fautoux. La réussite à trois points de ses meneurs replace l’Elan Béarnais dans la foulée d’Antibes et même en tête (68-67 à la 30ème minute). C’est le début d’une course poursuite infernale dont l’issue semble sourire aux palois à 30 secondes de la fin puisqu’ils mènent 80-79 face aux antibois. Jacques Monclar va alors oser un gros coup sur son dernier temps-mort: la dernière balle antiboise doit être jouée par… Micheal Ray Richardson, auteur jusque-là d’un 3/17 aux tirs ! La consigne sera respectée: à 3,5 secondes de la fin, le « clutch player of the year » prend le tir crucial qui transperce le filet et les derniers espoirs de Pau (80-81) ! Antibes gagne la série 3-1 et remporte son deuxième titre de champion de France depuis l’arrivée aux commandes de Jacques Monclar en 1989.

match4-1995

.

articles-retro

MailingDate

, , , , , , , , , , , , ,


Actus