Rebond attendu pour les Sharks

News

26 Oct 2021  

Partager cet article

Crédit Photos : Romain Robini

 

Nos Sharks recevaient l’ALM Evreux pour le compte de la deuxième journée de Pro B.

Après une superbe première victoire acquise à Rouen, nos Antibois étaient de retour dans une Azurarena bien garnie et avaient à coeur de réaliser une bonne prestation.

Dans le premier quart temps, Tim Derksen (9 points, 5 rebonds) fait part de son prodigieux QI basket. Il distribue des passes somptueuses pour ses partenaires. Des alley-oops par ci par là, notamment pour Jean-Marc Pansa, qui s’amuse. C’est la fête ! Evreux profite tout de même de quelques oublis azuréens dans la raquette, et réussit à scorer des points faciles. Temiyado Yussuf, lui, commence son chantier. Le natif d’Oakland s’active, et remet de l’ordre dans la défense. Il permet à Antibes de mener 20-16 aux bout de dix minutes.

Après ce premier acte bien négocié par nos joueurs, les supporters assisteront à un temps fort de l’équipe. Et ça commence à canarder à trois points. Notre Antibois « maison » Vincent Amsellem impressionne, et insuffle un nouveau souffle dans la salle. Les premiers « Antibes, Antibes, Antibes » sortent des travées. Le coach adverse, Neno Asceric, concède avoir eu des difficultés en cette première mi temps : « Je n’étais pas très content défensivement au niveau des rebonds. Mais en deuxième mi-temps, on a été très bon dans ce domaine. » Benjamin Monclar fait de même que notre « minot », sur un pick and roll parfaitement exécuté. À l’intérieur, le jeu reste fermé. Les Normands se rattrapent sur les pertes de balles, et reviennent dans le match. La fin de ce deuxième quart sera beaucoup plus houleuse dans la peinture. Nos Sharks laissent beaucoup d’espace. Evreux compte deux possessions d’écart à quelques secondes de la mi-temps. Notre meneur, Eric Nottage plante un panier qui fera lever la salle. Daniel Goethals encourage ses joueurs, qui rentre aux vestiaires avec trois petites longueurs de retard (44-47).

Le retour des vestiaires coûte cher aux Sharks. Pluie de points du côté nordiste. Notre coach Big Dan tente de remanier les troupes. « Tant qu’on ne sera pas plus durs et capables à un moment donné de casser le jeu adverse, on va s’exposer à ce genre de situation allume Daniel Goethals. On prend 41 rebonds. Derrière ça, on n’est pas assez durs pour faire des stops. On n’est pas assez durs pour finir offensivement. Cela montre notre manque de dureté, d’agressivité. » Dorénavant, le cuir trouve preneur : les Ébroïciens, et plus particulièrement un homme : Marquis Jackson qui combinera à 24 points, 4 rebonds. Les transitions antiboises s’arrêtent très tôt. Nos Sharks n’arrivent pas à sortir la tête de l’eau. (59-71)

La salle ne s’y trompe pas, et pousse ses joueurs pour ces dix dernières minutes pour tenter de renverser le scénario. Les hommes en blanc appliquent un pressing plutôt intense. Ce quart n’a rien à voir avec les précédents. Le marquage à la culotte s’est révélé efficace, mais entrepris trop tardivement. Jean-Marc Pansa (8 points, 7 rebonds, 2 contres) est bouillant en cette fin de match, et réalise deux énormes blocks. Une dernière relance ? Ludovic Negrobar trouve la mire à trois points, et fait passer les siens sous la barre des 10 points. Hélas, encore une fois, Marquis Jackson prend le rôle de l’assassin.

Nos Sharks s’inclinent 80-89, et pensent déjà au match face à Saint-Chamond vendredi, avant deux réceptions consécutives à l’Azurarena, le vendredi 5 novembre face à Boulazac, puis le mardi 9 novembre contre Quimper.

 

Edwin Rolland

 


Actus