Ludovic Negrobar : « Grandir en tant que leader »

News

17 Nov 2021  

Partager cet article

Notre ailier fort Ludovic Negrobar s’est prêté au jeu des questions/réponses. L’occasion d’en découvrir un peu plus sur lui…

 

Pourquoi as-tu choisi de venir à Antibes ?

J’avais envie d’autre chose après mes 3 saisons à Nantes. Dan m’offrait plus de responsabilités et son projet m’a tout de suite plu, que ce soit pour mon cas personnel ou pour ses ambitions d’équipe.

L’équipe, l’ambiance, le staff en quelques mots ?

Tout se passe très bien. Je m’entends avec tout le monde, ils m’ont tous très bien intégré. L’ambiance est très bonne autant aux entraînements que sur le terrain et en dehors. On fait beaucoup de chose ensemble dès que l’on peut. C’est bien de créer une relation hors basket. C’est ce qui crée des liens et ça se ressent sur le terrain.

On dit de toi que tu es un joueur humble et travailleur. Est-ce deux qualités importantes à tes yeux ?

C’est ultra important d’être humble. Tu ne dois pas oublier d’où tu viens. Moi je viens d’Orly, j’ai commencé le basket à 17 ans au plus bas niveau. Je suis passé par tous les niveaux nationaux pour arriver en Pro B. Ces deux qualités représentent la base de notre métier.

Le numéro 24 que tu portes à Antibes a-t-il une signification ?

À Nantes je jouais avec le numéro 7 qui est la date de naissance de mon frère et de ma sœur. En ce qui concerne le 24, une semaine après notre victoire en Leaders Cup avec Nantes contre Antibes, j’ai perdu mon papa et pour lui rendre hommage j’ai pris le numéro 24, sa date de naissance.

De quel joueur es tu le plus proche et pourquoi ?

Je suis proche de Gédéon Pitard et de Jean-Marc Pansa. On adore se chambrer, surtout au niveau du foot. Au foot, Gédéon est pour Marseille, Jean-Marc est un ancien lyonnais et moi je suis pour Paris. Nos conversations sur ce sujet font toujours rire les gars de l’équipe ! Mais au final je m’entends très bien avec tous.

 

Propos recueillis par Stéphanie Bellone

Photo Romain Robini


Actus