L’œil du coach : le début d’un marathon

Après plus d’un mois, Antibes retrouve enfin le parquet de l’Azurarena. Sous un nouveau visage. Entre-temps, les Sharks se sont renforcés avec la venue de deux joueurs, Carl Lindbom et Bryon Wesley, et surtout d’un entraîneur principal, Daniel Goethals. Le technicien belge compte bien profiter de sa première à domicile pour effacer le revers subi à Nantes et entamer une remontée progressive au classement. 

La claque reçue contre Nantes

Il faut revenir à la base du problème. On a pas eu l’occasion d’avoir l’équipe au complet et de réaliser beaucoup de séances d’entraînement ensemble. Conséquence directe : un manque de liant offensif entraînant un grand nombre de ballons perdus. Ainsi, l’adversaire a pu inscrire des paniers faciles – 30 points en contre-attaque – et à partir de là, cela devient très compliqué de performer. En plus, on a pas été capables de répondre au défi physique que Nantes nous a imposé.

L’état d’esprit global

Cela fait seulement deux semaines et demi que je suis là. Dans le coaching, c’est une durée extrêmement courte. Mon approche est résolument positive et tournée vers la progression de l’effectif. Je veux faire en sorte que tout le monde puisse augmenter son niveau de jeu physique, technique et tactique. Il ne faut pas voir les choses avec des problèmes, mais avec des solutions. Les joueurs sont conscients de la situation dans laquelle on se trouve. Le principal étant de rester serein et de travailler très dur lors des entraînements. 

Travailler l’alchimie et la constance

Cette semaine, on s’est attaché à développer notre structure de jeu en cherchant les points forts de chaque joueur tout en intégrant Byron. Nous nous devons d’être plus constants dans l’intensité défensive. L’attaque et la défense sont intimement liées donc si on arrive à faire meilleur usage du ballon en phase offensive, on sera moins exposé au jeu rapide adverse. D’une certaine manière, il faut remettre beaucoup de choses en place avec cette équipe. Le temps est compté. Je dois être efficace parce que je n’ai pas six mois.

Byron Wesley : un boost de créativité, mais pas la solution miracle

Byron va surtout nous apporter de la créativité. C’est un joueur capable de faire, à un moment donné de la partie, la différence individuellement ou collectivement, en augmentant le niveau de performance de ses partenaires. Mais ce ne sera pas un ou deux joueurs qui vont nous sortir de là. Cela passe par un travail collectif, mais malheureusement, on est toujours freiné par des blessures et l’absence de certains joueurs. Pour le moment, il faut faire le dos rond. Il reste 24 matchs, la saison est encore longue. Ce n’est pas un sprint, c’est un marathon. Je ne peux pas croire que notre travail ne finira pas par payer. 

Attention à Aix-Maurienne, un adversaire costaud

Aix-Maurienne est une équipe extrêmement agressive avec des joueurs très expérimentés par rapport à la Pro B à l’instar d’Antonio Ballard ou Benoît Mbala. Ils ont des intérieurs très physiques comme souvent dans notre championnat et des extérieurs capables de faire très mal comme le Finlandais Ilari Seppala. L’équipe savoyarde a sûrement à cœur de se ressaisir et de repartir de l’avant après sa défaite en triple prolongation lors du dernier match. À nous de défendre très dur et de stopper les transitions pour aider l’attaque.

, , , ,


Actus