Les Sharks entrent dans l’histoire

C’était une grande première cette saison, et Antibes restera à jamais comme l’équipe à inaugurer le palmarès. Pour cette première finale de Leaders Cup de l’histoire, Antibes est venu à bout de Souffelweyersheim, battu de deux petits points à l’issue du match. Un résultat qui reflète les positions au classement des deux équipes en championnat, dont la dernière confrontation ne date que du 13 février (victoire d’Antibes), mais qui fut plus compliqué que prévu à obtenir pour les protégés de Julien Espinosa.

Après un premier quart temps équilibré, Antibes prenait une légère avance au score, bien aidé par le manque de réussite des Alsaciens, limités à 5 petits points dans le 2e quart temps. Mais Souffel’ ne s’avouait pas vaincu et, à base de grosses séquences défensives, qui ont limité grandement le rendement des deux stars antiboises, Tim Blue et Will Solomon, les rouges recollaient systématiquement, sans se faire véritablement distancer.

La fin de match aurait même pu tourner dans l’autre sens après un panier à trois-points de Daviin Davis qui ramenait son équipe à une longueur des Sharks à moins de deux minutes du gong, mais Will Solomon, impérial sur la fin de match, convertissait les deux lancers de la victoire.

Antibes s’assure ainsi d’une place en playoffs en fin de saison, sauf dans l’hypothèse, peu probable, qu’ils terminent à l’une des deux dernières places au classement de la saison régulière.

Les réactions :

Kevin Dinal (Souffelweyersheim) :
« On a tenté ce qu’il fallait mais le petit truc qui manquait, c’était le savoir-faire. On avait les cartes pour gagner mais on n’a pas su faire ce qu’il fallait en fin de match. C’est une déception parce qu’on avait vraiment envie de gagner ce match. »

Stéphane Eberlin (Entraîneur Souffelweyersheim) :
« Quand on perd une finale, on ne peut qu’être déçu. On fait un match solide défensivement, on n’a jamais craqué, les joueurs ont vraiment fait preuve d’une grosse combativité. Il nous a manqué cette lucidité et cette non-précipitation sur les balles importantes. Il y a beaucoup de fierté par rapport à cette défaite difficile. On a réussi à venir en finale, on a combattu et il ne nous manque pas grand-chose. C’est l’apprentissage. On a une équipe jeune, avec des joueurs qui n’ont pas une grosse expérience de la Pro B, et sur un match comme ça, sur les ballons importants, ça joue. »

Mamoutou Diarra (Antibes, MVP de la finale) :
« On a bien préparé cette rencontre mentalement, c’est une équipe qu’on avait jouée en aller-retour donc on n’a pas eu besoin de les scouter beaucoup. Personnellement, je m’attendais a ce que ce soit serré parce que c’est une équipe qui jouait sa saison sur ce match, sachant que je ne pense pas qu’ils feront les playoffs cette année. J’ai plusieurs sentiments qui viennent en tête, de la fierté pour mon équipe, mon staff et j’ai une pensée pour Thierry Rupert, je lui dédie cette finale. »

Julien Espinosa (Entraîneur Antibes) :
« On a la qualification pour les playoffs mais ce titre se suffi à lui-même. Il a beaucoup de valeur ce titre parce qu’il y a beaucoup d’épreuves pour arriver là. La qualification en playoffs, ce n’est pas rien, on est très fier d’avoir gagné le premier trophée de cette saison de Pro B, il a beaucoup de valeur sportive à nos yeux. »

, , , , , ,


Actus