Isaïa Cordinier: « je sais qu’on est capables »

Retrouvez l’interview de l’arrière des Sharks Isaïa Cordinier parue dans le magazine Soir de Match ci dessous:

 

Alors Isaïa, content de revenir jouer dans ton club ?
« Oui forcément ! Je suis déjà content de jouer au basket. Mais revenir ici dans un contexte que je connais avec les coachs, mes coéquipiers que je connaissais par le passé, ma famille, mes amis… tout est réuni pour que je me sente vraiment très bien ici à Antibes. »

 

Quel est ton souvenir de la première fois que tu as foulé le parquet avec Antibes en première division à 16 ans ?
« Mon premier panier en pro, c’était en 2012 face à Hyères-Toulon, mais c’était en Pro B et j’avais 15 ans. Je me souviens que la première fois en première division, c’était à l’extérieur à Nanterre. L’issue du match était déjà jouée et le coach a décidé de faire rentrer les jeunes sur le terrain. J’ai alors marqué mon premier panier en première division et je m’en souviendrai toute ma vie. C’est une fierté, tu es content et ça te donne envie et la pêche pour retourner travailler afin d’apprendre encore plus et de progresser. »

 

Que dirais tu aux jeunes qui rêveraient d’être à ta place ?
« Il n’y a que le travail qui paye. On a beau être le plus talentueux, sans le travail et un bon comportement ça ne marchera pas. Il faut être « coachable » et être un bon coéquipier. J’ai eu cette éducation de par mon père : on n’a rien sans rien, et tout ce que tu peux faire pour y arriver tu dois le faire. Et si tu ne réussis pas, tu n’auras aucun regret, tu auras tout fait pour. »

 

 

Beaucoup d’enfants viennent souvent visiter les structures du club et vous rencontrer. On imagine qu’ils doivent être aux anges !
« Ils demandent des photos, des autographes… Ils sont très heureux de venir nous voir, ils profitent de découvrir les joueurs, faire quelques paniers… ça fait toujours plaisir de voir les enfants heureux. »

 

Comment te sens tu physiquement après ta longue période d’indisponibilité ? Comment vont tes genoux ?
« Je me sens très bien physiquement, je n’ai plus de douleur. Je suis très satisfait de l’opération et de ce qui a été mis en place pendant ma longue rééducation. Ça a porté ses fruits et ça faisait longtemps que je ne m’étais pas senti aussi bien physiquement. »

 

Comment te sens tu dans l’équipe cette saison ?
« Très bien. Il y a une très bonne ambiance dans le groupe, on s’entend tous très bien et on travaille bien et dur à l’entraînement. Maintenant, il faut que ça se retranscrive sur le terrain pendant les matchs. Avec une aussi bonne entente, on ne peut que s’améliorer. »

 

 

Comment définirais-tu cette équipe ?
« Sur cette première moitié de saison : frustrante. On a les moyens et on a les joueurs pour y arriver, mais on a eu ces petits manques de confiance en début de championnat qui ont fait qu’on a raté quelques matchs qu’on aurait pu prendre. C’est aussi pour ça que je suis confiant pour la suite de la saison, car je sais qu’on en est capables. »

 

Que manque-t-il à l’équipe pour être de plus en plus compétitive ?
« Il manque une petite confiance supplémentaire qu’on essaie de construire à l’entraînement, et c’est ça qui va nous aider pour la suite. »

 

Quelles sont les responsabilités et directives que te donnent les coachs ?
« Mon rôle est de mettre beaucoup d’intensité sur le terrain, beaucoup d’énergie. Je donne tout pour faire gagner l’équipe en apportant tout ce que les coachs me demandent de faire. »

 

, , , , , , , ,


Actus