Fréjus Zerbo: « je voulais changer d’environnement »

Retrouvez l’interview de l’intérieur ivoirien des Sharks Frejus Zerbo parue dans le magazine Soir de Match ci dessous:

.

Frejus, raconte-nous ton parcours. Comment te décrirais-tu ?

« Je suis né au Burkina Faso, j’ai habité à Abidjan en Côte d’Ivoire et je suis arrivé en France en 2002 au Havre. Ma mère et mes soeurs sont toujours à Abidjan. J’espère qu’elles viendront ici à Antibes.

Je peux me qualifier comme quelqu’un de gentil. J’aime les gens et je suis au service des autres. »

.

Quels sont les avantages et les difficultés dʼarriver en cours de saison ?

« L’avantage c’est qu’ici je vais jouer plus et je voulais changer d’environnement. J’ai passé sept ans à Limoges. Ici le club est sain et familial. C’est très agréable de travailler avec un super bon groupe. Quoi qu’il arrive, j’aurai passé de très bons moments ici. Ça m’a aussi fait changer d’avis sur Antibes. Avant, on avait toujours l’impression qu’on pouvait gagner à coup sûr contre ce club. Alors qu’en arrivant ici j’ai vraiment vu que le club était très bien géré et que toutes les équipes pouvaient perdre contre nous. Au niveau des difficultés, j’étais hors de forme car j’étais blessé pendant trois mois. Je n’ai repris que début janvier quand je suis arrivé ici. Là ça fait quelques semaines que je me sens bien et que je travaille à fond. Maintenant que j’ai retrouvé le meilleur de ma forme et que je connais mieux les systèmes, j’arrive à bien les appliquer. C’est plus facile pour le collectif, j’aide mieux l’équipe. »

.

.

Quelles ont été tes premières impressions à ton arrivée ?

« Le vieux port d’Antibes est magnifique avec les beaux yachts et le soleil ! Les rayons du soleil me réveillent tôt ici alors qu’à Limoges, c’était dur de se lever le matin ! Je n’avais jamais séjourné avant sur la Côte d’Azur. »

.

Tu as joué longtemps à Limoges quels sont les points communs et différences avec Antibes ?

« Le premier point commun est que l’on joue au même niveau dans le même championnat. Ce sont deux clubs qui veulent évoluer et jouer les Playoffs cette année. Limoges est un club qui a beaucoup plus d’argent et donc énormément d’ambition. Limoges est une ville de basket et l’objectif tous les ans c’est le titre. Ils ont baigné dans le basket et dans leurs nombreux titres et il y a beaucoup plus de connaisseurs dans les supporters. Les deux clubs sont bien organisés et bien structurés. Je suis très reconnaissant envers Antibes. Ils m’ont laissé le temps de me remettre physiquement. Mais il y a de très bonnes personnes dans ces deux clubs. »

.

Quel est ton objectif personnel pour cette fin de saison ?

« L’objectif est d’assurer définitivement le maintien en gagnant le plus de matchs possibles. Et si l’on enchaîne les victoires, on peut peut-être accrocher les Playoffs. Personnellement je souhaite continuer à progresser et aider davantage l’équipe en travaillant dur. »

.

.

Pourquoi te surnomme-t-on le tigre ?

« On me surnomme ainsi car, au départ, ce surnom est l’emblème de ma famille. Chez nous chaque famille a son emblème. Ça représente la puissance de la famille. À Limoges j’ai fait de très bons matchs où j’étais très agressif et on m’a associé à ce surnom. »

.

Aimes-tu ce surnom ?

« Oui j’aime bien même si au début c’était un jeu, une plaisanterie, mais ça ne me dérange pas. Si les gens m’appellent comme ça c’est qu’ils me connaissent bien. Ce sont surtout mes amis qui me nomment ainsi. »

.

As-tu un souvenir particulier dʼun « Antibes / Limoges » ?

« J’ai surtout deux souvenirs. Mon premier souvenir c’était en 2014 à Antibes. On est venu jouer à l’Azurarena. La salle était toute nouvelle et on a gagné de vingt points. On avait fait un très bon match. D’ailleurs on avait été champion de France cette année-là. Mon deuxième souvenir est un match à Limoges contre Antibes où Nobel Boungou Colo avait marqué 35 points. C’était le feu dans la salle. Le match était super et l’ambiance aussi. »

.

, , , , , , ,


Actus