Freddy Tacheny : « Le club survivra à cette problématique »

News

29 May 2020  

Partager cet article

Suite à l’assemblée générale de la Ligue Nationale de Basket et la décision prise d’opter pour une « saison blanche », le Président des Sharks d’Antibes, Freddy Tacheny, s’exprime sur cette décision, sur l’impact de la situation sanitaire et sur la saison à venir : 

L’option de la « saison blanche » est l’option qui a été retenue lors de l’assemblée générale de la Ligue Nationale de Basketball. Quelle est la réaction du Président des Sharks suite à cette décision ?

F.T : Tout d’abord, je n’appellerais pas cela une « saison blanche » parce qu’elle a été loin de l’être. Il y a eu des matches, beaucoup d’émotions, de dynamiques sportives et autre. Il y a eu tout un travail qui a été fait par les joueurs, les coachs, le staff de tous les clubs. Je dirais plutôt que c’est une année exceptionnelle, une année accidentelle avec un accident mondial « incroyable mais vrai », unique dans l’histoire du sport.

Le championnat n’a pas été à son terme. Nous étions l’équipe en forme en ayant remporté 12 des 15 derniers matches. Notre premier souhait était donc absolument de jouer notre chance le plus loin possible dans les play-offs. C’était notre objectif, que nous avions annoncé en début de saison. C’était exactement ce que Nikola Antic était entrain de réaliser avec son équipe. Forcément j’ai une énorme frustration par rapport au fait que nous n’ayons pu aller au terme de la saison, mais il faut le comprendre. La gravité était là et donc bien sûr, nous devons nous conformer aux décisions gouvernementales prises à ce sujet.

Je pense que, compte tenu des circonstances, c’est la raison qui l’a emporté, la stabilité, d’ailleurs à une large majorité.  Mais je le répète, notre première volonté était de tout tenter pour finir ce championnat, avec play-offs.  Nous nous sommes résolus à en accepter l’impossibilité dans les faits.

Ceci dit, je peux comprendre l’amertume de Blois, qui faisait la course en tête.

Dans quelle mesure le club a été impacté par cette saison tronquée ?

F.T : Très clairement c’est une mesure qui impacte le sport de manière frontale. Le sport vit par sa collectivité, par ses fans, par le public qui vient le voir, par la télévision, par le réceptif, par un certain nombre d’événements qui sont organisés autour du sport. Il est évident que tout cela s’est arrêté totalement et que cet arrêt a lourdement impacté les finances de tous les clubs.

Heureusement, un certain nombre de mesures sont venues aider les clubs, les structures sportives et autres, mais malgré ces mesures il est évident que le sport français en général et le basket en particulier va vivre et a vécu des heures difficiles sur le plan budgétaire et économique. Nous aurons cette épée de Damoclès au-dessus de notre tête avec ce virus qui n’est pas encore totalement maitrisé. Ce flou va très clairement influencer les stratégies budgétaires et financières de tous les clubs. En ce qui nous concerne plus directement, le budget qui était à l’équilibre en 2019-2020 va malheureusement se solder par une perte financière accidentelle, liée à ce virus, comme ce sera le cas de tous les clubs de France. Lorsque vous avez des coûts qui continuent à exister et que plus aucune recette ne rentre, que les projets étaient établis en tenant compte d’une participation aux playoffs, c’est évident que tout cela a des impacts très lourds.

Donc oui, il y aura une perte importante dans l’exercice 2019-2020. Mais je tiens à dire que les assises du club ne sont néanmoins pas remises en question. Nous avions fait d’énormes efforts pour replacer le club d’Antibes sur des bases positives en termes financiers. Nous avons la confiance de nos banques, de nos partenaires, des institutions publiques parce que nous avons ramené ce club en fonds propres positifs, nous avons apuré une très lourde dette du passé, qui n’existe plus et donc nous serons à même d’assimiler cet accident financier en l’étalant sur plusieurs années. Le club survivra à cette problématique, nous l’avons structuré comme tel.

Qu’en est-il de la saison prochaine ? 

F.T : Nous sommes particulièrement prudents dans la situation actuelle. Nous avons la chance de pouvoir compter sur la Mairie qui nous a rassuré sur la volonté d’être à nos côtés dans ce moment très difficile. Les collectivités dans leur ensemble nous soutiennent également (Département, Région, la CASA). Nous avons aussi énormément de fans, et je voudrais en profiter pour remercier les White Sharks à ce sujet, qui ne demandent pas de report de leur abonnement sur l’année prochaine, ceci pour aider le club. Donc merci à toutes celles et ceux qui participent à l’effort du club en comprenant que l’absence de prestation n’est pas du fait du club mais que c’est exceptionnel. C’est la même chose en ce qui concerne les prestations au niveau des partenaires privés qui pour bon nombre d’entre eux font la même chose et nous aident en ce sens. Je les en remercie et bien sûr je les encourage parce que c’est la manière de sauver tous ensemble notre club et de lui donner le meilleur budget pour la saison prochaine.

Pour l’instant, les projections que nous avons faites prudemment, nous amènent à un budget en diminution de 15 à 20% par rapport à celui de cette année ci. Mais je compte aussi sur la solidarité des joueurs, de l’ensemble des équipes sportives pour nous aider à passer ce mauvais pas, afin que l’équipe que nous puissions montrer à notre public soit la plus compétitive possible puisque notre plan de route reste le même, à savoir remonter le plus rapidement possible en Jeep Elite, mais avec un budget pérenne. Je ne souhaite pas faire l’ascenseur entre les deux divisions comme nous venons de le faire. Il faut impérativement que la structuration qui a été mise en oeuvre avec les aménagements faits à l’AzurArena et ceux qui doivent encore arriver (par exemple l’installation d’un cube video) se poursuivent. Toute cette nouvelle offre, cette nouvelle dynamique sportive, notamment avec un centre de formation composé de jeunes de grand talent, nous permettra le plus vite possible de garder notre cap qui est de remonter en Jeep Elite, si possible dans les cinq ans à venir.

De nombreux clubs ont déjà officialisé des changements dans la constitution de leurs effectifs. Où en est le club aujourd’hui à ce niveau-là ?

F.T : Nous y travaillons. La première chose c’était de confirmer le capitaine du bateau, en l’occurrence Nikola Antic. D’un commun accord, nous avons signé une prolongation de deux saisons supplémentaires, et j’en suis ravi. Nous avons une frustration énorme sur la saison qui vient de passer et je crois dans les capacités de Nikola, dans son expérience et sa loyauté. Nous allons désormais ensemble, avec Vincent Bérard (Manager Général) et les experts que nous consultons également, nous atteler à la constitution de l’équipe. Dans les semaines à venir, nous vous donnons rendez-vous pour petit à petit découvrir le nouveau visage du club d’Antibes. Je dis « nouveau » car il y a plusieurs joueurs qui étaient en fin de contrat. De ce fait, il y aura un certain nombre de visages nouveaux. Notre objectif est comme d’habitude, d’allier jeunesse et expérience, avec ambition.

, , , , ,


Actus